Comme tous les ans, les 17 et 18 mars dernier ont eu lieu les Journées Internationales de Formation à la Synergologie auxquelles j’ai eu le plaisir d’assister.

La synergologie est une discipline qui suit notamment les évolutions des neurosciences et pour laquelle il est indispensable de se former régulièrement. Chaque année, c’est Philippe Turchet, le père fondateur de la synergologie, qui vient partager avec nous ses dernières avancées.

Les thèmes abordés : les cadrans du regard et l’authenticité de la relation

Deux thèmes principaux ont été abordés par Philippe Turchet cette année. Le premier sur les cadrans du regard, c’est-à-dire l’observation des mouvements oculaires des personnes à qui nous nous adressons. Sur ce point, les neurosciences viennent de nous apporter un éclairage très intéressant.

Les mouvements des yeux et les émotions qu’ils traduisent sont innés ou acquis

Ainsi, il a été démontré que lorsque l’on rejette quelque chose, une parole, une idée ou une personne, nous avons tendance à regarder et à faire des gestes vers la droite. En revanche, quand nous évoquons quelqu’un de familier et apprécié,  nous avons tendance à regarder et à nous mouvoir vers la gauche. Ces deux mouvements corporels (yeux et gestes) sont innés ! 

Tandis que, d’autres mouvements oculaires et gestuels ne sont pas innés mais acquis. C’est le cas de nos regards vers la gauche quand nous pensons au passé ou vers la droite quand nous anticipons le futur, il en va de même pour nos mouvements de bras et de mains. Des mouvements qui suivent en fait le sens de l’écriture que nous avons appris. Il y a donc des mouvements du corps et des gestes universels et d’autres culturels (10% environ).

La sincérité fait bouger le corps, le mensonge le raidit

Le but de la synergologie n’est en aucun cas de manipuler les autres, mais bien de décoder le langage du corps pour rendre la relation plus vraie, plus authentique. Et c’est dans ce but que nous voulons déceler les moments de gêne ou d’insincérité de notre interlocuteur pour faciliter l’interaction.

Cette année, nous avons appris que les récents travaux dans ce domaine venaient remettre en question ce que nous pensions à propos du mensonge. Quand j’ai commencé à me former à cette discipline, l’idée acceptée était que les personnes qui cachent la vérité ou mentent ont tendance à bouger pour faire diversion. En réalité, nous observons aujourd’hui qu’il est difficile d’être à la fois dans son corps et dans sa tête.

Ainsi, quelqu’un qui est occupé à dissimuler quelque chose ou à transformer la vérité doit réaliser un vrai travail cérébral. Il est « dans sa tête » et son corps a donc tendance à arrêter de s’exprimer. A l’inverse, quelqu’un qui possède un discours authentique aura l’esprit libéré, revivra les choses qu’il a vécu et les gestes viendront naturellement. En résumé, quelqu’un qui ment sera plus statique que quelqu’un qui dit la vérité. Un vrai plus dans ma pratique du coaching, par exemple lorsque mes clients parlent pour me faire plaisir plutôt qu’en évoquant leur vécu authentique, ce qu’ils ressentent véritablement.

Le langage du corps : un outil plus qu’un métier

La synergologie est un outil puissant que l’on peut utiliser dans bien des domaines d’activité. Ainsi, lors de ces journées de formation, j’ai pu rencontrer des personnes venant de différents pays et de différents secteurs : médecin, psychologue, formateurs, enseignants, comédiens, policiers, responsables de ressources humaines, coach, etc. Une variété de métier incroyable pour lesquels la synergologie permet de développer sa capacité relationnelle, être à l’écoute des « signaux faibles », le partage de pratiques qui devrait être mis en place dès la rentrée de septembre, sera sans aucun doute enrichissant  pour les activités de chacun en matière de communication non verbale.

Enfin, ces journées menées avec brio par Philippe Turchet, me confirme l’intelligence et la pertinence de cet outil qui entre totalement dans le cadre de l’Innovation Relationnelle objectif des interventions des Chemins de la Com. Je pense développer davantage cette  lecture du langage corporel pour rendre les vidéos internes ou externes d’entreprises plus percutantes, plus authentiques pour toucher davantage l’auditoire. Une affaire à suive car les connaissances dans ce domaine ne cesse d’évoluer.

Aude ROY